Changement d'attitude envers les ravins

Changement d'attitude envers les ravins

L'évolution de la perception des ravins

Le vaste réseau de ravins de Toronto est souvent considéré comme notre élément géographique le plus distinctif. Même si nous ne pensons peut-être pas aux ravins comme faisant partie de notre vie quotidienne, ils représentent une grande partie de la façon dont nous nous déplaçons, de la façon dont nous nous détendons et de la façon dont nous nous relions à la nature.

Pourtant, les ravins de Toronto ont tendance à être des espaces verts largement inexplorés. Des décharges industrielles à une évasion du paysage urbain, le terme ravin a eu plusieurs associations différentes au cours des années. Alors que nous commençons à repenser la façon dont nous utilisons les ravins, voyons quelques-uns des usages passés et des idées fausses à l'égard de ces espaces naturels cachés:

Ravins comme "dépotoires"

Un article récent dans le Toronto Star décrit une époque dans les années 1920 lorsque notre système de ravin a était considéré comme «dépotoire absolu» que les gens laveient leurs voitures dans la rivière Humber. En fait, la santé des cours d'eau de Toronto a souffert pendant longtemps parce qu'ils étaient considérés comme des décharges pour les résidents et les industries.

Historiquement, les ravins de Toronto étaient régulièrement remplis pour par des rejets industrielles et de développement, entravant la capacité naturelle du fleuve à contrôler les inondations. Ces industries ayant maintenant disparu, la tâche actuelle est d'améliorer la qualité de l'eau, de ces voies navigables et de les restaurer à un état plus naturel.


Toronto Region Conservation Autority (TRCA) Source